Difficultés d'élocution



(…) les entrailles fendues en quête de ma bouche de mes cris nicotinisés baffrant sur mes paumes nues les mots que dut contenir la vie en deça de ma gorge nouée puis un silence de mort fit ma langue que je me crus perdu dans la nuit et rêvais de mets chauds de cris alertes quand invectivant le ciel de toutes pièces et riant aux éclats de mon sexe réparti roulis de mots marmonnés bigarrés êtres-anges morts-vivants ah ça je disais ça ne se passera pas comme ça le stérilet tout humide qu’il fuit tout huimonde qu’il fut aussi sec j’allais tout avaler plein le cul de cette merde disais-je sombres sauts intestins crevant le cou fatracagé des morts qu’elles puaient ces puériles larves blablafardes terroiribles ris d’outre-trombe troupissant à même litière débloquer déloquacer soudain gribaillis soulaces gribouillis salaces au temps d’enfantement où hop jajaillit sans crier gare mort-vieux de mes deux pamarents consternés à constater la perte pas moyen refoutre ça dedans allez dedans qu’avaient-ils fait tout prenots alors penant la mamée non le marmot dans la marmotte à faire reluire l’infus infans dourent se résuldre à la risée des vers l’pharynx éternellement comblé têtritus rances jactance de merde retardée (…) 



Aucun commentaire: